LES HOMMES

Par Dre Stéphanie Léonard, psychologue


Les hommes, l’alimentation et l’image corporelle…

Les préoccupations liées à la gestion de l’alimentation et de l’image corporelle ont longtemps été perçues comme des inquiétudes plutôt féminines. Est-ce vraiment le cas ?

Les hommes ne sont pas épargnés par les problèmes de gestion du poids. En effet, l’Enquête québécoise sur la santé de la population, publiée en novembre 2010, révèle que 44% des hommes (versus 26% des femmes) souffrent d’embonpoint et 16% (versus 15% des femmes) souffrent d’obésité. Malgré ces chiffres non-négligeables, la même enquête révèle que les hommes sont plus nombreux que les femmes à croire que leur poids est normal alors qu’ils font de l’embonpoint. De la même manière, sur une période de six mois, un plus grand nombre de femmes (22%) que d’hommes (15%) ont tenté de perdre du poids ou de le maintenir. Les femmes sont d’ailleurs plus nombreuses que les hommes à utiliser des méthodes de perte de poids présentant un potentiel de dangerosité pour la santé (par exemple sauter un repas) 1.

De simples préoccupations jusqu’à la présence de troubles de l’alimentation, les hommes semblent sans équivoque touchés par le sujet. En ce qui concerne la gestion de l’alimentation, les hommes semblent être plus préoccupés par leur alimentation comparativement aux années précédentes. Mais est-ce dans un but relié à la santé, à l’esthétisme du corps ou à d’autres facteurs ? Il reste beaucoup à éclaircir.

En ce qui concerne l’image corporelle, tout comme dans le cas des femmes, les stéréotypes masculins ont évolué. La société valorise toujours l’homme possédant une masse musculaire développée mais l’accent est également mis sur la minceur et l’apparence soignée (pilosité, habillement, parfum et j’en passe). Une étude récente révèle que ces nouveaux standards de beauté masculins sont associés, chez les hommes, à une estime de soi corporelle moins bonne ainsi qu’à une insatisfaction grandissante face à son corps 2.

Peut-être l’expriment-ils moins ouvertement, mais il semble que les hommes aimeraient posséder un corps (surtout associée à une musculature plus imposante) qui se situe assez loin de leur corps actuel. Une étude récente, menée auprès d’hommes autrichiens, français et américains, révèle que les participants ont choisi un idéal d’image corporelle d’environ 13kg plus musclé que leur corps actuel et ont estimé à tort que les femmes préfèrent également ce type de corps 3. Rappelez-vous, nous parlons des hommes ici…

Les abonnements dans les centres de conditionnement physique sont aussi presque autant populaires chez les hommes que chez les femmes. Selon les statistiques d’Énergie Cardio, 40% de leurs membres sont des hommes et 60% des femmes.

Des différences liées à l’orientation sexuelle sont également observées. Le fait d’adhérer à des régimes, de craindre de prendre du poids et d’être insatisfait face à son image corporelle semblent toucher de manière plus importante les hommes homosexuels comparativement aux hommes hétérosexuels 4.

À l’autre extrême du continuum, les troubles de l’alimentation, quoique plus fréquents chez les femmes, affectent aussi les hommes. Plus précisément, auprès des personnes souffrant d’un trouble de l’alimentation, les ratios homme-femme suivants sont observés : un homme pour 10 femmes souffre d’Anorexie ou de Boulimie et deux hommes pour trois femmes souffrent d’Hyperphagie Boulimique (lien vers cette section de mon site).

Où se situent les hommes que nous côtoyons dans cette vague de transition ? Dans le but très modeste de jeter un peu de lumière sur ce sujet passionnant, j’aurai le plaisir de vous proposer prochainement des entrevues avec des hommes connus d’ici, dans le but qu’ils partagent avec nous la relation qu’ils entretiennent avec l’alimentation et l’image corporelle. À suivre…

Sources

  1. L’Enquête québécoise sur la santé de la population, 2008 : pour en savoir plus sur la santé des québécois. Institut de la statistique du Québec, 2010.
  2. Barlett, C.P., Vowels, C.L. et Saucier, D.A. (2008). Meta-analysis of the effects of media images on men’s body image concerns. Journal of Social and Clinical Psychology, 27:3, 279-310.
  3. Pope Jr., H.G., Gruber, A.J., Mangweth, B., Bureau, B., deCol, C., Jouvent, R. et Hudson, J.I. (2000). Body image perception among men in three countries. American Journal of Psychiatry, 157, 1297-1301.
  4. Kaminski, P.L., Chapman, B.P. et Haynes, S.D. (2005). Body image, eating behaviours, and attitudes toward exercise among gay and straight men. Eating Behaviors, 6:3, 179-187.

Remerciements à Julie Le Gruiec, de chez Energie Cardio.