VOLONTÉ OU CONTRÔLE

Par Dre Stéphanie Léonard, psychologue


L’atteinte de la minceur est-elle une question de volonté et de contrôle ?

Pour beaucoup de personnes, l’atteinte du poids idéal reste une bataille sans fin… que malheureusement peu de gens gagnent ! Ceux et celles pris dans le cercle vicieux des régimes amaigrissants sont sûrement familiers avec le phénomène du plateau. Ce moment où malgré le fait de suivre le même régime amaigrissant et le même programme d’exercice, la perte de poids stagne. Le plateau est habituellement accompagné de sentiments d’échec, de dévalorisation qui mènent souvent à d’autres excès alimentaires. Comme disent plusieurs : « Quant à avoir échoué, autant mieux en profiter à fond ». Est-ce une question de motivation, de volonté, de contrôle ?

Ces questions déterminantes pour tant de personnes m’amènent à vous parler du set point, théorie développée en 1982 par Bennett et Gurin pour expliquer l’inefficacité des régimes amaigrissants à long terme. En français, ce phénomène se traduit par la théorie du « poids naturel » ou du « poids d’équilibre ». La théorie du set point propose que notre poids est physiologiquement prédisposé autour d’un intervalle de poids que le corps va tenter de maintenir. La régulation de notre poids s’apparente au rôle du thermostat qui gère le fonctionnement de la fournaise et qui permet de maintenir la température ambiante stable. Si par exemple, je fixe mon thermostat à 200°C, une chute de température (perçue par le thermostat) fera déclencher la fournaise tandis qu’une hausse de température fera en sorte que la fournaise cessera de fonctionner. D’autres fonctions du corps sont d’ailleurs régulées de la même manière, comme la température corporelle maintenue à 370°C. C’est ce qui explique le fait que lorsque nous imposons une restriction trop sévère à notre corps (comme dans le cas d’un régime amaigrissant), le métabolisme ralentit et brûle moins efficacement les calories afin de se protéger et de maintenir un poids stable. Comme je le mentionne fréquemment à mes patients, le corps ne distingue pas la diète sévère de l’état de famine.

Plusieurs facteurs déterminent quel sera le set point d’une personne, tels que l’hérédité (la composante génétique est considérable), l’âge (le set point tend à naturellement augmenter avec l’âge), le métabolisme de base et les habitudes alimentaires. Comment fait-on afin de connaître notre propre set point ? Il faut, et ce, pendant plusieurs mois, maintenir des habitudes alimentaires saines (exemptes de comportements alimentaires pathologiques, telles les compulsions alimentaires et la restriction) et se consacrer à un minimum d’activité physique. Avec de telles habitudes de vie, le poids tend à se stabiliser. D’ailleurs, chez les adultes qui ne tentent pas de contrôler leur poids, ce dernier est habituellement stable dans le temps.

Certains facteurs qui déterminent notre set point sont moins contrôlables que d’autres, comme l’hérédité et l’âge. Toutefois, nous avons une influence sur nos habitudes alimentaires et jusqu’à un certain point notre métabolisme. En imposant à notre corps des habitudes alimentaires restrictives, comme dans le cas des régimes amaigrissants, nous provoquons un ralentissement du métabolisme, ce qui devient incompatible avec une perte de poids saine et durable. Certains chercheurs ont d’ailleurs avancé que les régimes à répétition peuvent, à long terme, faire augmenter le set point. Les personnes ayant suivi plusieurs régimes amaigrissants sans succès ne notent-elles pas que suite à l’échec de chacun des régimes entrepris leur poids a constamment augmenté ?

L’échec des régimes amaigrissants vécus par un si grand nombre de personnes s’explique, en partie, par ce phénomène naturel où le corps tente de maintenir un poids d’équilibre, notre poids d’équilibre qui nous est unique. Ce n’est donc pas exclusivement une question de volonté et de motivation. Ceci étant dit, la volonté et la motivation ont leur place dans le cadre d’une démarche de stabilisation du poids. À mon avis, il faut une bonne dose de volonté et de motivation pour s’engager à acquérir de bonnes habitudes alimentaires qui ne seront peut-être pas gratifiantes à court terme (comme dans le cadre des pertes de poids rapides observées avec les régimes amaigrissants) mais qui favoriseront de réels changements de vie et qui seront surtout durables !

Sources :

Celeska, Donna. (1992). Set Point : What your body is trying to tell you. National Eating Disorder Information Center.

Set point theory. The Center for Health Promotion & Wellness. MIT Medical.

Suis-je trop gros(se) ? Maigrir la santé avant tout ! Collection Protégez-vous, 2006.